Pro : David Lappartient fustige le danger des oreillettes

Alain Paulmin Vendredi 27 octobre 2017

Route - David Lappartient fustige le danger des oreillettes

Dans une interview donnée à Het Laatste Nieuws il y a quelques jours, David Lappartient est revenu sur l'actualité cycliste de ces derniers jours: après avoir rappelé les grandes lignes de son programme anti-dopage que ce soit le dopage "classique" ou par la fraude technologique, il a évoqué un sujet pour lequel on le sait rétif: celui de l'utilisation des oreillettes par les équipes en course. S'il a indiqué qu'il n'introduirait pas la suppression des oreillettes dans le peloton il souhaite quand même qu'elles ne soient plus utilisées lors des Championnats du Monde à partir de l'an prochain. Mais sa charge principale sur les oreillettes s'est orientée vers un problème jusque-là très rarement evoqué dans le milieu du cyclisme : la possibilité de piratage des oreillettes sur les courses par des réseaux illégaux de paris.

Selon David Lappartient il est technologiquement possible que n'importe qui, par le système radio des oreillettes de converser avec tel ou tel coureur sur une course. Par conséquent une ou plusieurs personnes ayant de mauvaises intentions pourraient s'en servir pour donner de fausses consignes à un coureur ou une équipe et ainsi avoir la possibilité de truquer la course. Le président de l'UCI a continué sur les paris sportifs les qualifiant "d'icebergs" où 90% d'entre eux sont des paris illégaux faisant partie d'une économie souterraine.

Une fraude théoriquement plausible mais improbable

Ce problème soulevé pour la première fois par le français apparaît au premier regard assez improbable. Sur une course en ligne pour que d'éventuels fraudeurs puissent s'approprier les ondes radio, il leur faudrait avant toute chose être capable de bouger tout au long de la course étant donné la portée relativement faible de ces systèmes. On peut alors potentiellement considérer qu'ils utilisent la voie des airs par le biais des drones si populaires aujourd'hui. Mais dans les courses les plus importantes (donc les seules représentant un véritable enjeu financier pour les paris illégaux) le secteur aérien occupé par les hélicos des chaînes de télévision sont surveillé tout au long de la course. Néanmoins sur une course en circuit tel un championnat du Monde la possibilité peut être davantage étudié étant donné que la distance entre la radio et les oreillettes n'est jamais très élevée surtout si l'on considère que les escrocs disposent de moyens importants comme c'est le cas dans les sports les plus populaires (football, handball...). Quoi qu'il en soit David Lappartient n'en démord pas et veut faire comprendre son avis que le sport qu'il représente et qui s'internationalise de plus en plus attire de nouveaux acteurs dotés de bonnes ou de mauvaises attentions. Cyclism'Actu