Tour de France - ASO n'envisage toujours pas un report du Tour... !

Alain Paulmin Lundi 23 mars 2020

Une à une les courses cyclistes sont annulées ou bien reportées à cause du coronavirus.

Même le Tour d'Italie et les grands classiques flamands n'ont pas résisté à cette vague. Et si le Tour de France y arrivait ? Selon les informations du journal Le Parisien, les organisateurs n'envisagent toujours pas de reporter la grand-messe de juillet. Si personne de chez ASO (l'organisateur du Tour) ne s'est encore exprimé, les retours qu'ont les différentes équipes sont clairs : l'annulation n'est pas à l'ordre du jour.  Pour maintenir l'épreuve, tout en respectant les consignes sanitaires, ASO pourrait s'inspirer de ce qu'ils ont fait sur le dernier Paris-Nice en décidant d'interdire l'accès aux spectateurs aux départs et arrivées. De plus, l'idée d'un Tour de France sans caravane publicitaire et sans village départ n'est pas exclue, même si bien sûr rien n'est encore acté.

Jean-René Bernaudeau : "Le Tour de France doit être maintenu... "

Jean-René Bernaudeau, le manager général de l'équipe Total Direct Energie, au micro de Cyclism'Actu ce lundi pour nous évoquer la situation actuelle liée au coronavirus. Sans oublier de se demander si l'on doit maintenir ou non le Tour de France 2020. "Organiser le Tour de France, absolument, a expliqué ce lundi Jean-René Bernaudeau à Cyclism'Actu. Le Tour de France peut être pris comme une fête, une fête de l'après coronavirus. Si les scientifiques pensent que le pic est atteint bientôt, il va être régulé. Je pense que le Tour de France sera une belle fête, la première fête de la reprise. Mais par contre le sport sera faussé évidemment. Il sera faussé parce qu'il y a des traitements différents selon les pays.

Donc à la question si le Tour de France doit être maintenu ? Voilà sa réponse : "Le Tour, c'est un lien avec la population, c'est une vraie fête des familles. Pour moi ce n'est pas le sport en priorité. Le Tour, pour moi, il faudrait le prendre comme un nouveau départ d'après le coronavirus. Mais comme je l'ai dit, le sport, si ce Tour a lieu, sera sujet à discussion car le confinement en amont n'aura pas été le même dans tous les pays. On ne pourra pas juger les performances car il y aura eu des préparations différentes. Je suis assez d'accord avec Frédéric Grappe qui dit qu'aujourd'hui le confinement n'est pas le même partout. Mais le Tour de France, c'est la fête du cyclisme mondial. Je vois le Tour comme une fête, le sport vient en second. On se doit de redonner le moral aux Français par des choses banales. Le cyclisme véhicule l'écologie, des valeurs positives, ça rassemble les familles."